Berbérine
berberine

La berbérine et son large spectre d’actions thérapeutiques

Description

La berbérine fait partie de la famille des alcaloïdes, des molécules présentes dans de nombreux végétaux. Leur structure est composée de carbone, d’hydrogène et d’azote. Si on dénombre près de 1000 alcaloïdes différents, la berbérine est certainement la molécule la plus connue. On la retrouve essentiellement dans l’épine vinette (berberis vulgaris) mais aussi dans d’autres plantes comme l’argémone mexicaine (argemone mexicana) et l’hydraste du Canada (hydrastis canadensis). En phytothérapie, ces plantes possèdent des propriétés thérapeutiques intéressantes : l’argémone lutte contre le paludisme, l’hydraste est antimicrobienne et anti-inflammatoire, tout comme l’épine vinette. Toutes ces plantes en un point commun : elles contiennent de la berbérine.

berberine

L’utilisation de la berbérine en tant que substance médicinale est largement développée en médecine traditionnelle chinoise et en médecine indienne (ayurveda). Et pour cause : la berbérine montre de puissants effets bénéfiques sur l’organisme, confirmés par les recherches actuelles. Saviez-vous, par exemple, qu’elle est efficace contre les infections bactériennes et virales ou encore qu’elle est capable de protéger le cœur et les articulations ? Des études ont également mis en évidence son action sur le diabète de type II et le contrôle de la glycémie.

La berbérine, utilisée depuis 2500 ans dans la pharmacopée traditionnelle asiatique, est aujourd’hui consommée en Europe comme supplément naturel. On la trouve le plus souvent sous forme de gélules et de capsules.

Si de nombreuses propriétés ont déjà été découvertes, la berbérine n’a pas fini de nous surprendre. Des études sont toujours en cours pour mieux comprendre son mode d’action notamment sur l’hypertension, le cholestérol et les déséquilibres hormonaux.

Nous vous proposons ci-dessous une rétrospective des principaux bienfaits de la berbérine et un état des lieux des recherches actuelles.

Ses bienfaits et ses propriétés

Depuis des millénaires, la berbérine est donc une substance incontournable de la médecine traditionnelle chinoise et ayurvédique.

Son efficacité pour traiter diverses affections est l’une des premières propriétés à avoir été confirmées par les chercheurs. La berbérine doit son action à ses effets antibactériens, antifongiques et antiviraux.

Dans la lutte contre les infections bactériennes, la berbérine inhibe la croissance des bactéries responsables comme le Staphylococcus aureus ou staphylocoque doré. En 2016, une étude s’est intéressée au rôle de la berbérine sur cette bactérie à l’origine de nombreuses infections ou intoxications alimentaires[1]. En plus de confirmer l’activité bactéricide de la berbérine, les chercheurs ont aussi démontré qu’elle réduisait la résistance du staphylocoque doré aux antibiotiques comme la méticilline. En effet, pour contrer les traitements et fragiliser le système immunitaire, les bactéries créent un biofilm, une couche protectrice constituée de micro-organismes. La berbérine, en inhibant de manière significative la formation de ce biofilm, réduit les capacités de résistance aux antibiotiques du Staphylococcus aureus. C’est également le cas pour d’autres bactéries comme le Staphylococcus epidermidis (staphylocoque blanc), Candida albicans et les salmonelles.

Mais l’intérêt de la berbérine contre les infections ne s’arrête pas là. En effet, elle s’attaque également aux champignons responsables de problèmes cutanés mais aussi aux virus. L’activité antivirale de la berbérine a notamment été démontrée dans une étude de 2018[2] portant sur l’activité anti-grippale de la berbérine. Au cours de ces recherches, les médecins ont pu constater « le potentiel de la berbérine en tant qu’agent thérapeutique […] contre la grippe via son activité antivirale ». Et pour cause : l’alcaloïde naturel agit non seulement sur la réplication virale (production de nouvelles unités du virus au sein de la cellule infectée) mais aussi sur l’inflammation pulmonaire. Seule ou associée aux traitements actuels, la berbérine semble également efficace pour traiter d’autres infections virales comme l’hépatite C, le virus Zika ou encore le virus de l’immunodéficience humaine (VIH). Mais ces possibles propriétés nécessitent encore des études complémentaires…

La berbérine n’est pas seulement intéressante en curatif. Son action est également efficace en amont, pour prévenir les maladies cardiovasculaires notamment. Pour cela, la berbérine agit sur différents éléments : taux de lipides présents dans le sang, pression artérielle, rythme cardiaque et même poids. Autant de facteurs qui jouent un rôle important dans le développement de maladies cardiovasculaires et dans l’insuffisance cardiaque. En 2010, les résultats d’une étude ont montré que la berbérine pouvait être un « outil prometteur pour lutter contre les troubles métaboliques et cardiovasculaires (CV) »[3]. D’une part, elle agit sur le métabolisme des lipides. Rappelons que des taux sanguins élevés de lipides accroissent le risque cardiovasculaire. Dans ce cas, l’efficacité de la berbérine dans la réduction des lipides a été démontrée. D’autre part, elle abaisse le taux de cholestérol chez des patients atteints d’hypercholestérolémie. En 2004, la berbérine a même été considérée comme «  un nouveau médicament hypocholestérolémiant » dont le mécanisme d’action est différent de celui des médicaments anti-cholestérol classiques[4]. Chez des patients hypercholestérolémiques, un traitement à base de berbérine a permis de réduire le cholestérol sérique de 29%, les triglycérides de 35% et le cholestérol LDL (mauvais cholestérol) de 25%.

Les contre-indications et effets secondaires

La berbérine est une substance naturelle relativement bien supportée par l’organisme. Ses contre-indications sont donc peu nombreuses. Toutefois, les femmes enceintes ou qui allaitent et les jeunes enfants doivent préalablement demander l’avis d’un médecin.

Du fait de son action pour abaisser la tension artérielle, la berbérine peut interagir avec les médicaments antihypertenseurs. Des interactions sont aussi possibles avec les antidiabétiques et anticoagulants. Si vous êtes sous traitement, pensez à consulter votre médecin.

La posologie recommandée se situe entre 300 et 900 mg de berbérine par jour. À cette dose et sur une période courte, elle ne présente normalement pas d’effets secondaires. Toutefois, certaines personnes peuvent ressentir des symptômes indésirables (le plus souvent bénins et passagers) : nausées et vomissements, troubles gastro-intestinaux, ballonnements, maux de tête… Si vous ressentez de tels symptômes, stoppez alors votre consommation de berbérine et consultez un médecin.

Pour minimiser au maximum le risque d’effets secondaires, il est important de prendre la bonne posologie et ce pendant une durée de traitement appropriée.


[1]. Source : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4840435

[2]. Source : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30306659

[3]. Source : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2999047

[4]. Source : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15531889

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *