L’harpagophytum
harpagophytum

L’harpagophytum

Présentation

Dans le monde de la phytothérapie, l’harpagophytum (harpagophytum procumbens) est l’une des plantes les plus connues et les plus utilisées. Grâce à ses propriétés inflammatoires, il constitue une excellente solution naturelle pour soulager les douleurs articulaires et musculaires. Mais, nous le verrons ci-après, l’harpagophytum recèle bien d’autres bienfaits pour la santé…

Originaire des régions désertiques d’Afrique du Sud, l’harpagophytum est aussi surnommé la « griffe du diable » (Devil’s claw en anglais). Un nom peu engageant qu’il doit à la forme de ses fruits qui arborent des excroissances ressemblant à des griffes.

harpagophytum

L’harpagophytum fait partie de la famille des Pedaliaceae à laquelle appartient également le sésame. Il prend la forme d’une plante herbacée vivace qui, au printemps, produit des fleurs rouge-violacé en forme de trompette. Les fruits, quant à eux, sont recouverts de « crochets » (« harpagos » en grec). En étant transportés par les animaux, ils assurent la multiplication de l’espèce dans la nature. Mais ce ne sont ni les fleurs ni les fruits de l’harpagophytum qui sont utilisés en phytothérapie. L’atout majeur de la plante se trouve dans ses racines et plus précisément dans les tubercules.

Les racines de l’harpagophytum se développent profondément dans la terre et peuvent mesurer jusqu’à 50 cm de long. Elles comportent une racine principale et plusieurs racines secondaires qui produisent des tubercules pouvant peser jusqu’à 1,5 kg !

Dans les médecines traditionnelles, les tubercules d’harpagophytum sont récoltés à l’automne, séchés puis découpés en rondelles de 2 cm. Ils sont ensuite employés en décoction ou en infusion.

Aujourd’hui, les 3 principaux producteurs d’harpagophytum sont la Namibie, le Botswana et l’Afrique du Sud. Dans ces pays, l’harpagophytum est d’ailleurs une plante protégée. En raison de la demande exponentielle à travers le monde, des mesures de protection ont été mises en place pour protéger l’espèce sauvage de la cueillette intensive.

Ce sont donc dans les tubercules de l’harpagophytum que se concentrent les principes actifs. On y trouve principalement des harpagosides, substances anti-inflammatoires et anti-rhumatismales, mais aussi du procumbine, des phytostérols, des sucres, des sels minéraux et des vitamines. Une composition exceptionnelle qui confère à l’harpagophytum de nombreux bienfaits pour la santé.

Les bienfaits et propriétés

Grâce aux recherches consacrées à l’harpagophytum, on connaît désormais la composition et les actifs de la « griffe du diable ». Les harpagosides sont des substances retrouvées en grande quantité dans les tubercules. Mais en quoi sont-ils intéressants pour la santé ? Découvrez ci-dessous les nombreux avantages de l’harpagophytum et les principales propriétés qu’on lui attribue.

Propriété anti-inflammatoire

Comme dit précédemment, les harpagosides sont les principaux actifs de l’harpagophytum. Ces molécules naturelles, propres à l’harpagophytum, sont des hétérosides iridoïdes, présents dans de nombreux autres végétaux. Les harpagosides sont les molécules actives de l’harpagophytum et les responsables de son activité anti-inflammatoire.

crochet harpagophytum

Pour réduire l’inflammation, ils exercent une action spécifique sur la prostaglandine-synthétase, une enzyme qui participe au processus inflammatoire. Comme l’ibuprofène ou d’autres anti-inflammatoires non stéroïdiens, les harpagosides inhibent l’activité de cette enzyme.

En 2018, des chercheurs ont également découvert que les harpagosides de l’harpagophytum inhibent l’expression de l’Interleukine 6 (IL-6), une substance impliquée dans la phase inflammatoire[1] et dans l’arthrose.

L’action anti-inflammatoire de l’harpagophytum est renforcée par d’autres composants contenus dans les tubercules comme les phytostérols. En effet, ces molécules végétales régulent le processus inflammatoire.

Pour toutes ces raisons, l’harpagophytum est aujourd’hui une plante de choix pour soulager les maladies inflammatoires chroniques[2] (polyarthrite rhumatoïde, inflammation de l’intestin, maladie de Crohn…), les rhumatismes, lombalgies ou douleurs musculaires.

Propriété anti-oxydante

Si l’harpagophytum est devenu LA plante anti-inflammatoire par excellence, ce n’est pas là son seul atout. En effet, ses tubercules contiennent d’autres principes actifs comme des flavonoïdes. Ces substances, présentes en abondance dans les végétaux (feuilles de thé, raisin, pomme…), sont connues pour leur vertus antioxydantes.

Dans l’harpagophytum, les flavonoïdes sont le kaempférol et la lutéoline. Ils jouent un rôle protecteur contre les radicaux libres et préviennent également l’inflammation.

En 2012, une étude a confirmé que le kaempferol présent dans différentes espèces de plantes, dont l’harpagophytum, « peut aider en augmentant la défense antioxydante du corps contre les radicaux libres »[3].

Quant à la lutéoline, elle est antioxydante mais aussi anti-inflammatoire, anti-allergique et « pourrait être un agent anticancéreux pour divers cancers »[4]. Des recherches sont actuellement en cours pour confirmer ou non le potentiel de la lutéoline dans la prévention et le traitement du cancer. L’action antioxydante de l’harpagophytum est complétée par celle de la vitamine C et de la provitamine A (bêta-carotène) contenues dans les tubercules.

Action sur le système nerveux

Dernière propriété de l’harpagophytum : il protège le système nerveux et améliore les fonctions cognitives. Là encore, c’est aux harpagosides que l’harpagophytum doit cette propriété.

En 2017, une étude s’est intéressée aux effets neuroprotecteurs de l’harpagophytum[5]. Les résultats obtenus montrent que les harpagosides ont bel et bien exercé des effets neuroprotecteurs et que l’harpagophytum est intéressant pour gérer les symptômes cliniques liés à la maladie d’Alzheimer. Il semble donc être une plante prometteuse pour réduire les déficiences cognitives engendrées par les maladies neurodégénératives.

Autres vertus

Ces propriétés ne sont que quelques-unes des actions exercées par l’harpagophytum sur l’organisme. La plante est également indiquée pour stimuler l’appétit, soulager les troubles digestifs ou encore réduire le taux d’acide urique dans le sang.

Les contre-indications et effets secondaires

L’harpagophytum est une plante très bien tolérée par l’organisme. Sa consommation présente donc peu de contre-indications et d’effets secondaires. Sa consommation est déconseillée aux femmes enceintes et allaitantes ainsi qu’aux personnes diabétiques, souffrant d’hypertension, de problèmes cardiaques, d’insuffisance rénale ou d’ulcère à l’estomac. Consultez toujours un médecin avant de consommer de l’harpagophytum.

Les effets secondaires les plus courants sont des nausées, des diarrhées et des douleurs abdominales. Si les symptômes persistent, stoppez la prise d’harpagophytum et demandez conseil à votre médecin.


[1]. Source : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5065736

[2]. Source : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/31273865

[3]. Source : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3601579

[4]. Source : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18991571

[5]. Source : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28635142

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *